Journée d’étude : Sciences Humaines et Cancérologie

Lundi 18 Juin 2018 - 09:00Lundi 18 Juin 2018 - 16:30
Amphithéâtre de la MSH de Dijon
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Plus d'infos :

Organisée par le Psy-DREPI (EA-7458), le Laboratoire de Psychologie (EA-3388) et le groupe thématique santé de la MSH.

Matinée

8h45 : accueil café
9h : introduction de la journée d’étude
Thème 1 : Cancérologie : patients proches et aidants

9h15 : Logiques de choix des patients, des aidants et des médecins, regards croisés sur la prise en charge thérapeutique des patients atteints d’un cancer : analyse du contenu des discours, résultats partiels de la cohorte EOLE
Edith Salès-Wuillemin1, Catherine Lejeune2, Anthony Clain1, Thomas Carrel1
1Laboratoire Psy-DREPI (EA7458)
2 Equipe EPICAD « Epidémiologie et recherche clinique en oncologie digestive » et CIC – Inserm CIC 1432 (module épidémiologie clinique)
La réflexion sur les stratégies thérapeutiques à mettre en place pour la prise en charge des patients est centrale. Notre objectif est de montrer que cette décision est subjective ; elle est influencée par le système de représentations des acteurs en présence (connaissances, valeurs et pratiques). Aussi, bien qu’il soit au centre de la décision, le patient ne prend pas de décision de manière isolée ; le médecin et l’aidant ont une influence. Cette coexistence de systèmes de représentations interfère avec des indicateurs objectifs d’aide à la décision (fonctionnels, cliniques et biologiques) et les connaissances acquises par les médecins dans le cadre de leur formation ; elle peut aussi parfois être source de conflits au détriment du bien-être du patient. Le Projet EOLE est multicentrique, il porte sur le territoire Bourgogne-Franche Comté et procède par entretiens puis par questionnaires. La recherche est en cours, seront présentés les résultats de l’analyse des entretiens conduits auprès des médecins et des patients.

9h45 : Le proche aidant face à l’épreuve du cancer : résultats partiels de la cohorte ICE (Informal Caregivers of Elderly).
Magalie Bonnet, Rose-Angélique Belot, Laboratoire de Psychologie (EA3188), UFC
Certains aspects de la problématique des proches aidants peuvent sans doute apparaître comme transversaux non seulement à la nature de la maladie grave (cancer, maladies dégénératives…) mais aussi à l’ensemble des aidants. Mais il existe également des spécificités qui tiennent à la maladie proprement dite (et à son caractère potentiellement incurable, mortel) et à la nature du lien de filiation (aidant-enfant ou aidant-conjoint). Ce travail issu d'une grande recherche en cours initiée sur le territoire Bourgogne Franche-Comté (Cohorte ICE), montre de surcroît l’intérêt d’envisager la question de l’âge et la fatigabilité des aidants, l’histoire du couple et l’histoire relationnelle de l’aidant à travers la notion d’attachement. Cette perspective longitudinale justifie ici l’intérêt de penser des dispositifs d’accompagnement des aidants en phase de rémission.

10h15 : Etude des processus dynamiques d’incertitude en oncologie
Anaïs Genion1
1Laboratoire Psy-DREPI (EA7458)
Cette recherche amorcée au sein de différents hôpitaux, s’articule autour de questions concernant l’incertitude en oncologie. Le parcours de soin des patients atteints d’un cancer et de leur famille va être émaillé d’un grand nombre d’incertitudes. En effet, l’annonce du diagnostic, les différentes annonces thérapeutiques, les différentes phases de traitements, voire la phase palliative, vont être sources d’imprévisibilités. Nous aurons ainsi pour objectif d’explorer les représentations subjectives de l’incertitude en oncologie, à la fois chez les patients, les conjoints mais aussi les soignants (et plus particulièrement les médecinsoncologues). Nous aurons pour ambition de mettre en évidence chez les sujets le retentissement émotionnel de l’incertitude lié à l’état de santé, ainsi que l’impact de celle-ci sur la prise de décision médicale. Enfin, dans cette recherche, notre travail consistera à identifier les processus de mise en sens ainsi que les modalités de faire face des personnes confrontées à l’incertitude en oncologie. L’objectif de cette présentation sera de vous exposer la méthodologie de cette étude en réalisation.

Thème 2 : cancérologie, e-santé et relation de soin
10h45 : Recueil numérique de la qualité de vie des patients atteints de cancer avant la consultation : vers une relation de soin augmentée ? Etude QOLIBRY
Alexandra Laurent, Laboratoire de Psychologie (EA3188), UFC
Aujourd’hui, les outils technologiques issus de la révolution numérique bousculent les pratiques et les usages de la médecine et des soins. Mais l’usage de l’e-santé transforme-t-il la relation médecin/patient?
Une étude exploratoire sur le recueil en routine de la qualité de vie des patients atteints d’un cancer via un logiciel spécifique a été conduite au CHRU de Besançon au sein du pôle oncologie. Notre objectif était d’explorer le vécu des patients face à l’utilisation de leur qualité de vie lors de la consultation.
Cette étude met en avant qu’un tel dispositif crée des attentes spécifiques de la part du patient envers le médecin. L’étude REMOQL qui s’inscrit dans la continuité de cette recherche exploratoire permettra de mieux investiguer les dimensions impliquées dans la relation médecin-patient.

11h15 : Recueil en routine de la qualité de vie et attitudes envers la relation de soin : quels impacts sur l'ajustement dyadique médecin-patient ? Présentation de l'étude REMOQOL.
Florent Lheureux, Laboratoire de Psychologie (EA3188), UFC
L'étude REMOQOL fait suite et complète l'étude QOLIBRY. Elle repose sur la notion d'ajustement relationnel (ou ajustement dyadique soignant-soigné), directement inspirée des travaux en psychologie du travail et des organisations relatifs à l'approche de l'ajustement personne-environnement (person-environment fit). Cette notion réfère aux liens de (dis)similarité et de (non-)complémentarité entre deux personnes engagées dans une relation durable ; liens pouvant autant impacter positivement que négativement la qualité de vie et la motivation à l'action des protagonistes. L'objectif principal de cette recherche est de voir dans quelle mesure le recueil numérique en routine de la qualité de vie permettrait un meilleur ajustement relationnel médecin-patient en cancérologie. L'objectif complémentaire est de voir si cet impact varie en fonction de la diversité des attitudes et attentes que médecins et patients ont à propos de leur relation.

11h45 : Les projets SHS en cancérologie au sein du CIC du CHU de Dijon
Christine Binquet

Après-midi

14h : Influence des relations professionnelles avec une équipe mobile de soins palliatifs sur la qualité de vie au travail des professionnels de santé confrontés à la fin de vie – Présentation de l’Etude EPIONE (Etude quantitative et qualitative)
Florence Mathieu-Nicot, équipe de l’axe « Ethique et progrès médicale », CIC 1431 INSERM – CHRU de Besançon ; Laboratoire de Psychologie (EA3188), UFC
Florent Lheureux, Laboratoire de Psychologie (EA3188), UFC

Par la circulaire du 25 mars 2008 relative à l’organisation des soins palliatifs, les équipes mobiles de soins palliatifs (EMSP) sont des équipes transversales qui assurent soutien et conseil aux équipes qui les sollicitent à propos de leurs patients en fin de vie. Les relations professionnelles entre EMSP et professionnels des équipes sollicitantes produisent des collaborations interdisciplinaires : celles-ci permettent un ajustement des professionnels des EMSP aux besoins des professionnels confrontés à la souffrance des patients en situation palliative.
L’Etude EPIONE a pour objectif principal d’analyser l’influence des relations entre professionnels d’EMSP et professionnels d’équipe la sollicitant et l’impact sur la qualité de vie au travail des professionnels médicaux et paramédicaux confrontés à la souffrance et au décès des patients en fin de vie.
Les objectifs secondaires à cette étude sont d’élaborer une échelle d’ajustement relationnel entre professionnels de ces deux équipes (EMSP et équipe sollicitante) et d’identifier des typologies de relation professionnelle. L’idée est également d’analyser si le dispositif EMSP de l’organisation nationale de l’offre en soins palliatifs peut contribuer à la prévention des risques psycho-sociaux.

Thème 3 : prise en charge et psychothérapies
14h30 : Quand le récit musical se met au service d’enfants et d’adolescents admis en service d’hématologie-oncologie pédiatrique
Christelle Viodé1 et Baptiste Lignier1
1Laboratoire Psy-DREPI (EA7458)
Cette étude princeps porte sur le lien entre musicothérapie et narrativité au sein d'un service d'hématologie-oncologie pédiatrique. Notre problématique s’inscrit dans l’étude des processus psychiques mis en jeu par cette « médiation thérapeutique ». Nous visons l’étude des processus créatifs à travers les productions narratives d’adolescents malades et hospitalisés et non l’évaluation stricte de l’effet direct d’une prise en charge musicothérapeutique. En effet, l’intérêt de ce travail original au regard des recherches antérieures est de nous focaliser sur les mécanismes internes des patients et leur identité narrative plutôt que sur l’ingrédient actif et la méthode thérapeutique elle-même ou son effet sur un symptôme ou syndrome particulier (anxiété, dépression, etc.). Nous voulons montrer comment la constitution d’un lien sonore puis d’une mise en récit sur cet objet sonore peut servir de « cordée » aux adolescents gravement malades pour supporter le traumatisme lié à l’annonce de la maladie et à l’annonce d’une promesse de mort imminente.

15h : Les recherches en émergence : Didier Truchot
15h30 : Synthèse de la journée
Animée par : Didier Truchot & Edith Salès-Wuillemin
Perspectives, collaboration, réseaux, financements
Réflexion sur la journée d’étude interdisciplinaire programmée au mois d’octobre 2018