Aller au contenu  Aller au menu principal  Aller à la recherche

Maison des Sciences de l'Homme de Dijon

banniere msh new web



Les actes du colloque "Grèves et conflits sociaux, Approches croisées de la conflictualité (du XVIIIe siècle à nos jours)", sont en ligne!

 

 

Vous pouvez désormais consulter la version PDF des actes du colloque "Grèves et conflits sociaux, Approches croisées de la conflictualité (du XVIIIe siècle à nos jours)" organisé par la Maison des sciences de l’homme de Dijon, en partenariat avec l’association internationale “Strikes and Social Conflicts” qui s'est déroulé à Dijon du 15 au 17 mai 2013 :

tuile web

[TELECHARGER LES ACTES]

 

Le colloque :

[Télécharger le programme]

La multiplication contemporaine de conflits disséminés, comme la redéfinition profonde des pratiques à l’ère de la mondialisation, invite à ces déplacements du regard, à l’ouverture internationale des horizons, comme à l’examen précis de la diversité des pratiques et des imaginaires mobilisés par les acteurs.

Une première piste interroge les temporalités des grèves et des conflits sociaux. La réflexion sur l’évolution des formes de mobilisation collective et des répertoires d’action a suscité une abondante littérature. Il semble néanmoins qu’il faille encore interroger les chronologies et leurs articulations, comme les moments d’accélération et d’intensification des conflits, qu’il s’agisse des moments européens (1848, l’après Première Guerre mondiale) ou mondiaux (les grèves de la guerre froide, 1968, les mouvements des indignés). De même, la naissance de la « grève moderne » et plus généralement, la genèse des répertoires d’action contemporains, sont-elles le fait du seul monde ouvrier ? Quelle place accorder notamment aux mondes ruraux ? A cet égard, la question des conflits sociaux doit aussi être replacée dans une longue durée qui interroge en amont les mutations des sociétés industrielles, la reconfiguration de « l’économie morale » et, en aval, l’évolution des conflits dans les mondes populaires et leur extension à d’autres univers sociaux.

La deuxième perspective vise à interroger la diversité des pratiques du conflit. Si les organisations politiques et syndicales ont longtemps retenu l’attention, il convient de se pencher aussi sur la diversité des acteurs impliqués, à l’origine de pratiques quotidiennes plurielles qui caractérisent les conflits. On pourra examiner comment les acteurs se coordonnent pour rendre l’action efficace, comment l’on survit durant le conflit, comment l’on communique entre soi et avec l’extérieur ? Comment l’on punit les "jaunes" et ceux qui rompent avec le groupe protestataire. De quelle façon la grève et le conflit redéfinissent-ils les rapports sociaux au sein de la communauté, de la ville, de l’usine ? La question des rapports entre acteurs semble ici essentielle : rapports de genre ou de génération, relations entre groupes étrangers et nationaux, entre dominés et dominants etc.

La troisième dimension invite à questionner les grèves et les conflits sociaux à partir d’une réflexion sur les échelles d’analyse pertinentes, entre les approches globales, comparatistes et croisées. Il pourra s’agir d’interroger les transferts et échanges transnationaux autour d’un conflit singulier, la circulation des mots d’ordre, des soutiens, des acteurs, comme les vecteurs qui permettent l’internationalisation d’une lutte (les diverses internationales ou les médias par exemple). Mais il peut s’agir aussi de proposer des études comparées autour d’un type de pratique ou d’un groupe singulier par delà les frontières habituelles. Les propositions à visée historiographique ou méthodologique seront par ailleurs les bienvenues.

Enfin, la dernière perspective entend questionner l’après conflit. Il s’agit de réinterroger les logiques les plus visibles de sorties du conflit (échec et/ou victoire, rôle de l’Etat, violence répressive ou conciliation), mais aussi ses formes plus discrètes comme les processus de mise en récit, la construction de l’oubli par la suppression des traces, ou encore les enjeux mémoriels que soulèvent toute grève et toute mobilisation collective (comment réifier la geste conflictuelle ou enrichir le passé ?).
L’après conflit invite de plus à questionner ses effets en terme de redéfinition des logiques d’action, de recomposition des normes et des discours. Le conflit, même dans son échec dramatique, inaugure t-il une aurore ou un crépuscule ?

[En savoir plus sur l'association internationale “Strikes and Social Conflicts”internationale “Strikes and Social Conflicts”]

 

Suivez-nous : Suivez nous sur Twitter

Tout l'agenda

Aucun événement

Tout l'agenda Proposer un événement

La MSH de DIJON

Service communication

encart offre de service COM juil17

Nos ressources

Cartographie uB

cnrs

rnmsh logo 01

Université de Bourgogne